Il Piatto Pieno

13 Jul


Depuis quelques temps, je tente de découvrir LE restaurant de la Petite Italie: celui avec les meilleurs pâtes, les meilleures pizzas, le meilleur risotto, le meilleur tiramisù, les meilleurs prix. J’ai donc demandé à mon ami Pierrot de m’accompagner au Piatto Pieno pour la première fois; malgré que nous n’ayons pas été totalement déçus, notre souper ne fut pas un succès retentissant.

Il faut dire avant tout que le service est incroyablement lent: notre panier de petits pains gratuit nous est offert au moins 20 minutes après notre arrivée, et notre commande n’est prise qu’une quinzaine de minutes plus tard. Pourtant, ce n’est pas pour dire que le service est mauvais: la demoiselle qui s’occupe de nous est vraiment très gentille, et nous offre même un deuxième dessert gratuit à la fin de la soirée. En plus, il y a un joli service de piments, de parmesan, d’huile et de vinaigre balsamique sur notre table. C’est le genre de truc qui m’amuse, parce que, surtout quand j’ai faim, manger du parmesan à la cuillère est mon ultime plaisir coupable.

Pierrot, se sentant plutôt généreux, me laisse commander un antipasto à ses frais, mais se sentant plutôt capricieux, ne me laisse choisir ni l’assiette de Prosciutto e Melone (jambon de Parme et melon frais à 8,95$), ni les Melanzane alla Parmigiana (aubergines gratinées au four à 10,95$, ou avec viande “bolognese” à 11,95$). Finalement, on se met d’accord sur l’assiette de Crostini, un assortiment de bruschetta gratinée à 7,95$ (la bruschetta traditionnelle, avec tomates fraîches et basilic, est aussi disponible).

Un morceau est recouvert de légumes grillés (aubergines, piments, courgettes) et de fromage, l’autre de salami maison (assez épicé), de jambon et de fromage, et la dernière, de fromage et de basilic frais. Le tout déborde de goût, le pain est parfaitement croustillant,  et cette entrée est finalement mon plat préféré de la soirée.

Tous les plats principaux de pâtes et de pizzas sont à 16,95$. On trouve ça un peu cher, surtout comparativement à d’autres “trattoria” de la Petite Italie, et ça n’en vaut pas tant la peine.

  • Pasta Amalfitana: fettucine, huile d’olive fine, ail, échalottes, tomates séchées, tomates cerises, crème, parmesan, beurre, persil frais.
  • Pasta Boscaiola: cavatelli, huile d’olive fine, ail, oignons, échalottes, pancetta, mélange de champignons, saucisse italienne, soupçon de sauce porcini, persil frais.
  • Pasta di Speck con Pinoli e Noce: fettucine, huile d’olive fine, oignons, ail, crème, sauce tomate, grenoble, noix de pin, prosciutto fumé au bois naturel.
  • Pizza Ortolana: tomates cerises, champignons, poivrons, artichauts, aubergines et zucchini grillés (avec une base à la sauce tomate, du fromage mozzarella frais, de l’huile d’olive fine, et du basilic frais – comme toutes les autres pizze qui suivent).
  • Pizza Pazza del Piatto Pieno: mozzarella frais, piments forts, “viandes, viandes, et viandes, pour les amateurs de viandes”.
  • Pizza Quatro Formaggi: fromage de chèvre, provolone forte, crotonese et gorgonzola.

Des salades-repas sont aussi disponibles (de 12,95$ à 14,95$), ainsi que des assiettes de viandes telles des escalopes de veau ou de poulet au citron et aux fines herbes; aux champignons et à la sauce porcini; à la crème, aux truffles et au prosciutto; ou encore, gratinées de parmesan et recouvertes de sauce tomate (toutes à 22,95$).

J’ai finalement choisi les pâtes “Gamberetti e Pacchino” (tagliolini, huile d’olive fine, oignons, ail, brandy, touche de piment piquant, tomates cerises, tomates séchées, touche de sauce tomate, crevettes et persil), et Pierrot, la pizza “Contadina” (champignons, olives noires, saucisse italienne, provolone “picante”).

Nos assiettes n’ont rien de spécial, et nous avons tous les deux mangé de bien meilleures pâtes et pizza ailleurs (chez nos amis Italiens, par exemple, ou même à la Pizzeria Napoletana). En plus, ça fait au moins une heure et demie qu’on attend, on a mangé plein de pains, et on n’a plus très faim.

Ensuite, on commande chacun un dessert (Pierrot et moi, quand on sort, on commande toujours beaucoup de desserts – une fois, on s’est acheté quatre gros gâteaux et deux énormes verres de lait… pour souper). Il n’y a plus de tiramisù, alors je choisis un gâteau moka, et Pierrot, un gâteau au limoncello (6,95$ chacun, à moins d’une table d’hôte, ou d’une serveuse généreuse).

Mon gâteau n’est pas très bon… en fait, il ne goûte pas très différent d’un gâteau acheté chez Loblaws. Celui de Pierrot par contre est bien meilleur: il n’a pas le goût fort de l’alcool que je redoutais, mais est tout de même bien agrémenté du goût de citron.

Leonard apprécie l'effort.

il Piatto Pieno on Urbanspoon