Le Comme Chez Soi

24 Nov


Dès notre arrivée chez Le Comme Chez Soi, un dimanche aux alentours de 15h, notre serveuse nous avertit que la cuisine est débordée et que nous devrons attendre au moins une demie heure avant de recevoir notre nourriture. Le restaurant n’est pas du tout bondé pourtant, mais ce n’est pas grave: nous ne sommes pas pressés.

Mais tout de suite, le menu manque de nous impressionner. Les choix sont très très peu originaux, et les assiettes sont un peu plus dispendieuses qu’on ne le voudrait. Je choisis les bénédictines au saumon (14$), et Vincent, le déjeuner classique, qui inclut un café et un jus d’orange (10$).

Avant de commander, je demande à notre serveuse si mon assiette sera servie avec des fruits, et elle me l’affirme; vous comprenez donc ma déception lorsque je ne reçois qu’une tranche de citron et quelques canneberges, avec une petite salade de laitue en guise d’accompagnement.

Autre petite surprise, celle-ci un peu plus positive: une couche de fromage cheddar au dessus du saumon et des asperges. Mais c’est en vain: les œufs, la sauce hollandaise, et les patates sont tous fades. Je demande donc un extra de sirop d’érable, que la serveuse m’offre gratuitement, pour nous remercier de notre patience.

Vincent pour sa part, demande à ce qu’on ajoute du fromage à ses oeufs brouillés. Malheureusement, c’est la même chose – le fromage n’ajoute aucun goût et la texture n’est pas compensatoire. Et encore une fois, les patates le laissent indifférent.

Mais son assiette est au moins généreuse, et les fèves sont assez bonnes.

J’ai eu l’impression, en observant les autres dîneurs, que ce restaurant sert de bien meilleurs burgers que de déjeuners. Mais aussi, que ce restaurant se fie plutôt à son décor vintage et à son emplacement de choix pour maintenir sa réputation, plutôt qu’à un menu alléchant, des prix attirants, ou même une cuisine satisfaisante. Dommage!

unimpressed leonard

Leonard n'est pas impressionné.

Le Comme Chez Soi on Urbanspoon